16 juillet 2018



Accueil

 

Moi aussi je suis Barbara” : Une performance stupéfiante dans une comédie légèrement…déjantée !

Informations pratiques - Résumé - Vidéo - Créatifs - Distribution

 

 

Critique de la pièce

Une mère (Chantal Trichet) vit avec ses deux filles.

La première, Marie (Vanessa Cailhol), se scarifie suite à un évènement dramatique qu’elle a subi. « Elle ne s’est jamais remise, elle est défaite, démise » indique sa mère qui s’obstine, en vain,  à nettoyer les justes au corps tachés de sang de Marie.

La seconde, Geneviève (Pauline Chagne), se prend du jour au lendemain pour Barbara. Elle vouvoie sa mère, tiens des propos incohérents, cite Shakespeare… et se fait traiter d’ « espèce de trou du cul, de petite connasse » par sa mère ! Cette dernière, à bout, finira par l’appeler Barbara, seul prénom auquel elle répond. La mère regrette que, tant qu’à faire de se prendre pour quelqu’un d’autre, elle aurait pu se prendre pour une personnalité « rigolote, facile à vivre. Avant, elle n’était déjà pas marrante ! »

Dans cette famille, il y a aussi un fils (Augustin Bouchacourt), qui avait la fâcheuse idée de faire des trous dans les murs d’une façon tout à fait… originale ! Mais il est parti. Tout comme Gilbert, le mari : « parti sans rien dire, revenu sans rien dire et reparti sans rien dire ».

Un jour, compte tenu des évènements survenant chez sa mère et dont nous sommes témoins, le fils revient. Il n’est pas très loquace, c’est le moins qu’on puisse dire. Sa venue, changera-t-elle quelques choses à la chute de cette famille ? En tout cas, elle permet aux spectateurs d’assister au diner avec les 3 enfants, scène finale et apothéose du spectacle. Elle est constituée de dialogues parlés ou chantés qui sont de petits bijoux, de tournures cinglantes ou totalement inattendues qui font beaucoup rire… cela devient par moment une caricature de comédie musicale et c’est brillant.

 

Les dialogues de Pierre Notte sont comme toujours savoureux. Ça fuse, c’est inattendu, féroce et drôle. On n’est pas déçu de ce qu’on entend !

Mais ce qui est impressionnant dans cette comédie, c’est la performance de Pauline Chagne. Elle est troublante de réalisme en se « transformant » toujours un peu plus en Barbara. La ressemblance est frappante tant par le physique, notamment le regard, que par la voix. Métamorphosée, elle interprète plusieurs de ses chansons, parle avec les intonations de la chanteuse qu’elle fait revivre sur scène.

Alors, si vous aimez les pièces de Pierre Note, ou Barbara ou les deux, n’hésitez pas une seconde pour découvrir « Moi aussi je suis Barbara » au Théâtre du Petit Louvre.

Régis Gayraud

 

Résumé (programme du OFF) : Création Avignon 2018

Un poulet aux pruneaux, un couteau de cuisine, un revolver… et Barbara. Douze ans après Moi aussi je suis Catherine Deneuve, un nouveau carnage, un vrai bonheur !
C’est la pièce d'une famille dévastée : la mère, les enfants, le père absent. Le mensonge, l'hypocrisie, l'aveuglement, les solitudes… Et tout explose ici, dans cette petite cuisine où une mère cuisine, cuisine et cuisine encore pendant que le fils se mure dans le silence, une fille se découpe et une autre décide qu'elle est Barbara… C'est une pièce grinçante, qui joue des désastres intimes. Les répliques sont là, malignes, voltigeuses, drôles et féroces. Les chansons de Barbara sont là également pour chanter leur monde. Ou tenter au moins de le ré-enchanter…

 

Vidéo du spectacle (non disponible)


Augustin Bouchacourt, Vanessa Cailhol, Chantal Trichet et Pauline Chagne
Photo : Paule Thomas

 

Créatifs :

Auteur : Pierre Notte

Sur une idée originale de : Pauline Chagne
Mise en Scène : Jean-Charles Mouveaux assisté d'Esther Ebbo
Lumières : Pascal Noël
Costumes : Bérangère Roland


 

Producteur : Arts et Spectacles.



Distribution :

Pauline Chagne, Chantal Trichet, Vanessa Cailhol, Augustin Bouchacourt, Clément Walker-Very au piano.


“Vincent” est produit par Arts et Spectacles.

Retour haut de la page

Informations pratiques

Lieu : Théâtre le Petit Louvre - 3, rue Félix Gras - 84000 Avignon.
Chapelle des Templiers : 223 places (Entrée rue Félix-Gras (au niveau du 29 rue Saint-Agricol).
Salle Van Gogh : places – Entrée 23 rue Saint-Agricol (par les galeries d’art)
Accès handicapé : Oui Chapelle des Templiers / Non salle Van Gogh
Climatisation, fauteuils, gradins.


Du 6 au 28 juillet 2018.

Tous les jours sauf le mercredi à 16h25
. Chapelle des Templiers

Durée totale : 1h25

Prix des places :
24€ / 16€ (carte Off).

Réservations :
-
par téléphone : 04 32 76 02 79


Agrandir le plan

 

 

Retour haut de la page