2 février 2014.


Retour à la page d'accueil

 

 

 

 

"Le Cercle des Illusionnistes" : époustouflant !

Informations pratiques - Créatifs - Distribution

 

S’il y a un lieu où l’on ressent des émotions, c’est le théâtre. Parfois ces émotions sont intenses, parfois elles le sont moins. Il arrive qu’on reste sur sa faim.

Avec « Le Cercle des Illusionnistes », la nouvelle création d’Alexis Michalik, ce sont 2h d’émotions qui nous envahissent. Littéralement pris par l’action, le spectateur « vit » ce qui se déroule sous ses yeux.

 

Un peu comme dans sa pièce précédente, « Le Porteur d’Histoire », Alexis Michalik nous fait traverser les lieux et les époques en faisant interpréter à ses comédiens plusieurs rôles. Cependant, cette dernière création est sans comparaison avec la précédente, déjà excellente.

 

« Le Cercle des Illusionnistes » prouve une nouvelle fois (s’il était besoin) l’extraordinaire imagination de conteur que possède Alexis Michalik. Il a un grand talent pour mélanger les époques et les personnages, Sans pour autant perdre le spectateur dans ce qui pourrait être une histoire abracadabrante ou incompréhensible.

Quel est le secret de cet automate joueur d’échec qui gagne contre tous ses adversaires ? Que recèle un coffre fort caché dans les vestiges d’un ancien théâtre qui a vu naitre les tours de magies les plus spectaculaires ? Petit à petit, alors que les destins des héros de cette odyssée se croisent, les réponses sont dévoilées. Alexis Michalik sait nous tenir en haleine en nous faisant passer du 19ème au 20ème siècle, et inversement, avec une facilité déconcertante.

 

On ne voit pas le temps passer. À aucun moment le rythme ne faiblit.

Le silence qui règne dans la salle montre à quel point le public est fasciné par ce qui se déroule sous ses yeux.

 

Les situations et les personnages évoluent, l’action progresse. On est littéralement « pris » par les évènements qui nous sont contés par 6 comédiens tous aussi brillants les uns que les autres, certains réalisent même des tours de magie.

 

La mise en scène inventive, ajoute à la magie de l’histoire. Contrairement au « Porteur d’Histoire », il y a, dans « Le Cercle des Illusionnistes », de nombreux éléments de décors. Ceux-ci sont rapidement changés pour ne pas alourdir le propos, distraire le spectateur, ou freiner l’action, ce qui serait le cas, si les changements étaient trop longs.

On va à l’essentiel. Tout comme l’écriture : pas de fioritures, pas de phrases emberlificotées ou inutiles… Alexis Michalik a un style épuré, et c’est une des raisons pour laquelle, on le suit avec autant d’aisance dans ses histoires.

Je reconnais que l’histoire aurait pu durer encore et encore, je ne me serais pas lassé !

Et c’est un peu à regret que l’on arrive à la fin de ce spectacle captivant et que l’on quitte ces personnages attachants.

Vous avez aimé « Le Porteur d’Histoire », vous allez adorer « Le Cercle des Illusionnistes » !
Régis Gayraud


Créatifs :
Auteur : Alexis Michalik
Scénographie / Vidéo : Olivier Roset assisté de Juliette Azémar
Lumière : Pascal Sautelet
Costumes : Marion Rebmann assistée de Clotilde Jaoul
Musique / Son : Romain Trouillet
Magie : Romain Lalire Collaboration à la mise en scène Anaïs Laforêt

Distribution :
Jeanne Arènes, Maud Baecker, Michel Derville, Arnaud Dupont, Vincent Joncquez et Mathieu Métral

Résumé :
En 1984, alors que se déroule le championnat d’Europe des Nations, Décembre vole un sac dans le métro. Dans le sac, il trouve la photo d’Avril jolie. Il la rappelle, ils se rencontrent dans un café. Il va lui raconter l’histoire de Jean-Eugène Robert-Houdin, horloger, inventeur, magicien du XIXe siècle. Cette histoire les mènera tous deux sous le coffre de la BNP du boulevard des Italiens, dans le théâtre disparu de Robert-Houdin, devant la roulotte d’un escamoteur, derrière les circuits du Turc mécanique, aux prémices du kinétographe et à travers le cercle des illusionnistes

 

Maud Baecker, Vincent Joncquez, Jeanne Arènes, Arnaud Dupont, Michel Derville et Mathieu Métral

"Le Cercle des Illusionnistes" est une co-production de La Pépinière, le Théâtre des Béliers Parisiens et Mises en Capsules.

 

Informations  pratiques :

Pépinière Théâtre - 7 rue Louis-Le-Grand - 75002 PARIS.
Métro : Opéra
Bus : 21, 27, 68, 95
Parkings : Marché Saint Honoré, Place Vendôme.

A partir du 22 janvier 2014.
Jours et heures : du mardi au samedi à 20H30, matinée le samedi à 16h
Durée du spectacle : 1h30 (à confirmer).

Tarifs : à partir du 8 février 29 et 39€ (- de 26 ans : 12€).
Du 22 janvier au 7 février, tarifs de lancement : du mardi au vendredi (19€ et 24€), samedi (22€ et 27€).

Réservations :
-
par téléphone : 01 42 61 44 16
- par Internet


Agrandir le plan